D'Option Québec au projet Ambition Québec

19 novembre 2020

Lettre ouverte de Pierre Marois

Premier député souverainiste de Marie-Victorin et Ministre dans les gouvernements Lévesque (1976-1983)

Le lancement du manifeste et de l’organisation du projet Ambition Québec en novembre 2020 restera pour moi un moment très significatif.

 

En janvier 1968, il y a 52 ans de cela, René Lévesque lançait le manifeste Option Québec. Nous étions tellement fiers d’adhérer à ce grand et beau projet qui visait à faire du Québec un pays inclusif qui se donnerait une politique de développement prenant appui sur ses propres talents, et qui ferait enfin une place à toutes les personnes trop longtemps laissées pour compte.

J’avais alors 28 ans et nous étions nombreux parmi les jeunes à avoir adhéré au projet, mais nous n’étions pas les seuls. Il y en avait également plusieurs parmi les gens plus âgés qui caressaient cette même aspiration. Je pense notamment à ce monsieur Dravet, militant très engagé, pour qui c’était aussi un rêve et que j’ai vu pleurer quelques années plus tard, le soir du référendum de 1980, parce qu’il ne verrait pas le pays du Québec.

 «Comprenez-vous ça vous, Pierre, qu’un peuple se dise non à lui-même?», m’avait alors demandé monsieur Lévesque.  Non, je ne comprenais pas. 

Aujourd’hui, j’ai 80 ans. Et jamais je n’ai cessé d’espérer la réalisation normale de notre avenir collectif. Aussi, c’est avec bonheur que j’ai vu un groupe de jeunes, sous l’heureuse initiative de la députée souverainiste Catherine Fournier, nous convoquer à nouveau à réfléchir à un Québec indépendant ayant le sens du partage.

J’ai participé avec fierté aux échanges qui ont mené au manifeste et au lancement de l’organisation du projet Ambition Québec. J’ai retrouvé chez ces jeunes la même fierté, le même espoir et la même disponibilité que nous avions alors, et le don de le communiquer et de le partager.

Le projet Ambition Québec a les coudées franches. Il est non partisan et adapté à la réalité économique, environnementale, sociale et culturelle d’aujourd’hui en s’inscrivant résolument dans le développement durable et solidaire. Il nous propose par-dessus tout de contribuer à bâtir un pays axé sur une véritable démocratie et qui aspire à une pleine participation citoyenne, en renouant avec la base. 

Voilà donc qui me rend heureux et qui nourrit mon espoir pour la suite des choses. Je vous invite fortement à lui donner votre appui et à venir l’accompagner en grand nombre.  Je persiste à croire que le meilleur avenir du Québec passe par son indépendance.